Archive pour la Catégorie 'Citoyenneté'

Une expo de photographies sur l’eau

Texte rédigé collectivement par la classe de CM1 A

Cet après-midi, nous sommes allés voir l’exposition « Les batailles de l’eau » sur le cours Négrel Féraud.

1004635.jpg

C’est une exposition de photographies sur l’eau. Nous avons appris qu’on peut voir 8 photographies à Roquevaire et également 8 photographies dans quatre autres villes de l’Agglo traversées par l’Huveaune (Aubagne, La Penne sur Huveaune, Auriol et Saint-Zacharie). En tout, il y a 40 photographies.

Certains ont beaucoup d’eau, parfois trop et c’est une catastrophe.Quand il n’y en a pas ou trop peu, c’est aussi une catastrophe. Certains la gaspillent, certains la polluent, certains s’occupent bien de ce trésor.

Lors de la visite, nous avons fait des photos de nous avec les photos pour tenter d’exprimer une idée, et de retour en classe, nous avons écrit à propos de la photographie qui avait plus particulièrement retenu notre attention.

1004641.jpg

« Planète Mars: il y a de l’eau mais on ne peut pas savoir si elle est potable. C’est une belle photo. »Arthur

1004637.jpg

« Cette photo montre que sans eau, on souffre. On voit un enfant qui tire de l’eau dans un trou avec une corde. » Thomas

1004639.jpg

« Cette photo s’intitule: Boire ou skier. On dépense beaucoup d’eau pour faire de la neige. Les nappes phréatiques se vident. » Kévin

1004648.jpg
« Le cauchemar breton. On voit les effets de la pollution de l’eau en Bretagne à cause des lisiers de porc et de nous parce que nous les nourrissons. » Aurélien

1004645.jpg

« Golf à Las Végas: c’est joli mais c’est bête, c’est du gaspillage. » Moïra

 

 

Création de cartes de voeux par les élèves de CE2:bravo les enfants!!!

Image de prévisualisation YouTube

Carnet d’un Poilu de Roquevaire

Après la cérémonie du 11 novembre à laquelle quelques élèves de la classe ont assisté, nous sommes revenus voir les monuments aux morts du village. Après cette sortie, nous avons noté nos observations et nos questionnements.
Aujourd’hui, nous avons reçu le président du Souvenir français section de Roquevaire, Mr André Leroy, qui a tenté de répondre aux questions que nous nous posions. Mr Leroy a d’abord dressé un tableau général de la première guerre mondiale en citant les noms des pays des deux puissances opposées. Il a aussi tenté de situer le conflit dans le temps en disant aux enfants que les gens morts à la guerre de 14/18 sont de la génération de son grand-père, alors que lui-même pourrait être le grand-père des enfants de la classe.

1/ Nos observations
Dans le centre du village de Roquevaire, il y a deux monuments aux morts assez anciens.

Monument du square Verdun:

1004280.jpg 18/11/08
Il présente la statue d’un poilu terrassant de son fusil un aigle, symbole de la nation allemande. Ce monument illustre l’esprit patriotique aux accents guerriers de la France d’après guerre. Sur son côté, on trouve les noms classé par ordre alphabétique, et en son sommet la traditionnelle inscription « Aux enfants de Roquevaire morts pour la France » surmonté de feuillages (olivier?).

Monument du cimetière:

1004250.jpg 11/11/08

C’est un simple  obélisque portant une stèle avec les noms et la croix de guerre sur chacune de ses faces. Il est surmonté d’une croix chrétienne ornée de feuilles de laurier symbolisant la victoire. À son pied, plaques et médaillons individuels avec portrait photographique pour certains soldats.

On remarque qu’il y a beaucoup plus de de noms pour la guerre de 14/18 que pour les autres conflits.
Il y a 46 noms sur la stèle et d’autres dans les médaillons qui ne sont pas sur la stèle.
Ce sont des hommes jeunes (20-30 ans). Certains doivent appartenir à la même famille car les mêmes noms sont écrits plusieurs fois.

2/ Nos questions et les réponses de Mr Leroy
Combien d’hommes sont morts? Combien sont partis? Qu’est ce que cela représente par rapport à la population du village à l’époque?
Les pertes de cette guerre sont immenses; la France a mobilisé 8 millions d’hommes dont 1 700 000 sont morts.
Pour Roquevaire qui comptait 1500 habitants en 1914, on ne sait pas combien d’hommes ont été mobilisés, ni combien sont revenus bien portants ou blessés. On sait qu’il y eu 72 tués ou disparus ; cela veut dire que sur 100 habitants, 5 sont morts à la guerre et quasiment tous avaient entre 20 et 30 ans. On voit à quel point cette perte fut immense  pour le village.

Les noms inscrits au cimetière, c’est tout Roquevaire, ou il manque Lascours et Pont de l’Étoile?
Il y a un monument aux morts à Lascours qui porte les noms des habitants de Lascours et un autre à Pont de l’Étoile, inauguré en 1971, pour les morts de ce hameau. Seuls les deux monuments de Roquevaire centre portent les noms de tous les gens de Roquevaire et de ses hameaux, y compris Pont de Joux.
Quand ces monuments ont-ils été inaugurés? Pourquoi deux monuments aux morts? Comment les gens de l’époque ont-ils fait pour réunir l’argent pour payer deux monuments?
Je n’ai pas retrouvé la date de l’inauguration. La plupart des monuments de France datent des années 1920.
À cette époque,un monument était souvent installé dans un endroit central. Voilà pourquoi celui de Roquevaire se trouve au square Verdun, juste derrière l’église, en plein cœur du village de l’époque. Pour financer ces monuments, l’État a participé, les communes ont participé, les associations d’anciens combattants également, et puis aussi, les habitants étaient sollicités pour faire un don; ces souscriptions publiques étaient lancées par les municipalités. Le monument du square Verdun est un momument public et patriotique. Selon la loi du 9 décembre 1905, ce genre de monument commémoratif laïque n’est pas un monument funéraire. La guerre ayant été un si terrible traumatisme, on peut penser que les survivants ont eu à cœur d’honorer leurs morts en érigeant aussi un monument funéraire là où c’était possible, c’est à dire dans le cimetière.

Pourquoi tous les noms ne sont-ils pas sur la stèle ? Pourquoi les uns ont un médaillon particulier et pas les autres?
Au sortir de la guerre, tous les morts n’étaient pas connus. Il y a eu des gens qui sont revenus  blessés ou malades et qui sont décédés plus tard. Voilà pourquoi la stèle est incomplète; elle comporte 46 noms alors qu’il y a eu 72 morts. Certains ont des plaques funéraires ou des médaillons à leur nom; ce sont leurs familles qui les ont financés.

3/ Suite du travail
Pour la suite de notre travail, nous aurons à nous intéresser à un des hommes du monument aux morts; les élèves recherchent auprès de leurs parents si l’un d’eux est un membre de leur famille. Les enfants ont donc commencé à faire leur arbre généalogique en famille et Mr Leroy leur a présenté le site « Mémoire des hommes » mettant à la disposition du public les fiches biographiques numérisées élaborées au lendemain de la Première Guerre mondiale par l’administration des anciens combattants. Nous avons recherché quelques fiches dont celle de l’arrière-arrière-grand-oncle de Clémence, Jules Simon DAVID, qui est mort à 20 ans au cours de la terrible bataille de Verdun.

1004279.jpg 18/11/08

Les commentaires, apports de renseignements et compléments d’information concernant cet article sont les bienvenus.

12



Centre d'Etudes Cathares-Re... |
spiruline "l'algue bleue au... |
Journée mondiale des Sourds |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | walluf-lalonde
| Pastotroc
| Adoptions ~ Chat(on)s